L'ENSA vous présente l'enquête métier

"Mieux connaître les moniteurs de vol libre"

vignette EnqMetVL

INTRODUCTION


Les années soixante dix ont vu l’émergence en France d’activités aériennes « libres » s’exerçant sans motorisation dont le décollage et l’atterrissage n’utilisent que l’énergie musculaire du pilote.
Les activités de vol libre recouvrent quatre disciplines : le delta, le parapente, le cerf-volant et les glisses aérotractées.
Deux d’entre elles se pratiquent, quasi exclusivement, dans l’espace aérien. Il s’agit du delta, discipline historique et fondatrice de la Fédération française de vol libre (1974), et du parapente, dont la délégation lui a été conférée en 1989 ; elles sont classées « en environnement spécifiques », de ce fait les certifications qui permettent son encadrement contre rémunération ne peuvent être que des diplômes délivrés par le ministère chargés des sports.
L’analyse comparative des deux référentiels d’activités, très proches dans le domaine des connaissances théoriques liées à l’aérologie, à la mécanique de vol, à la réglementation et au milieu institutionnel, assez semblables dans le domaine des compétences pédagogiques, ne diffère que par les compétences techniques contingentes de l’aéronef utilisé.
Cette démarche a abouti à la création du brevet d’État d’éducateur sportif du premier degré, et deuxième degré option vol libre, spécialités delta et parapente.
(arrêté et annexes du 6 juillet 2006 modifiant l’arrêté du 4 juin 1996 fixant les conditions d’obtention de la formation spécifique du BEES 1er degré et l’arrêté du 23 juillet 2004 qui modifie les conditions d’obtention de la formation spécifique du BEES 2eme degré).


LE DEVELOPPEMENT DE L’ACTIVITE *


Aujourd’hui, la Fédération Française de Vol Libre regroupe plus de 30 000 licenciés, répartis dans 600 clubs, sur l’ensemble du territoire métropolitain et des DOM-TOM (Réunion, Nouvelle-Calédonie,…). Elle est structurée en comités départementaux et/ou régionaux.

image1En forte évolution de 1974 à 2000, le nombre de pratiquants parapente et delta s’est stabilisé ensuite. De nouvelles disciplines ou formes de pratiques ont vu le jour ou rejoint la fédération délégataire : voltige, speed-riging, Kite-surf et Cerf-Volant. Si la pratique encadrée du vol libre sur les massifs montagneux français reste majoritaire, les régions de plaine et les falaises de bord de mer ne sont pas en reste. L’organisation de stages à l’étranger constitue aussi une vitrine et un moyen d’élargir la période d’activité professionnelle.

Plus de 100.000 personnes découvrent ou « consomment » l’activité chaque année au travers des vols en biplace réalisés majoritairement par le secteur marchand, principalement sur les périodes de congés scolaires.

Il existe un important potentiel de futurs adeptes pour ce sport, dans une pratique de loisirs aux formes diverses. Les publics jeunes sont très largement attirés par des pratiques sportives synonymes d’évasion et de liberté.
Enfin, le parapente est proposé depuis 1996 au sein d’établissements scolaires du second degré et d’universités, le plus souvent en partenariat avec des structures affiliées à la fédération.

600 à 700 professionnels encadrent aujourd’hui nos disciplines parapente et delta, au travers de 200 structures d’enseignement, (ou entreprises individuelles), qui sont souvent à la recherche de renforts d’encadrement pendant le pic de surfréquentation estivale.

*note d’opportunité filière vol libre CPC du 13 nov 2007



LES METIERS DU VOL LIBRE *

Le métier « hier »
L’animation, l’encadrement et l’enseignement ainsi que l’entraînement des pratiquants contre rémunération du vol libre sont actuellement assurés par des personnes titulaires du brevet d’Etat d’éducateur sportif du 1er degré ou du brevet d’Etat d’éducateur sportif du 2ème degré, les stagiaires en cours de formation et les titulaires d’ AQA enseignement (créés par le décret n°91-260 du 7 mars 1991, article 12).
La situation statutaire la plus courante de ce professionnel est celle de travailleur non salarié, dans certains cas celle de salarié. Il est soit intégré à une équipe mettant en œuvre un projet d’animation sportive au sein de structures privées, soit seul, notamment dans le cadre de l‘activité biplace.

imageLes métiers « d’aujourd’hui et de demain »
La filière existante à deux niveaux de diplômes( BEES 1er et 2ème degré) ne répond plus totalement aux niveaux d’autonomie et de responsabilité des acteurs, aux nouveaux enjeux de professionnalisation du secteur, comme à l’évolution des modes d’enseignement, d’entraînement, de formation, de direction de structure.
L’ensemble des partenaires (FFVL, SNMVL, ENSA, MSJSVA) a décidé de mener une réforme de fond qui s’inscrit dans le schéma de rénovation des diplômes sportifs.


* note d’opportunité filière vol libre CPC du 13 nov 2007

bi_2Le moniteur biplaceur :
de niveau IV, sa fonction est centrée sur l’animation et la découverte de l’activité, pour répondre aux importantes demandes de consommation de loisir et de tourisme sportif du grand public ; son emploi se caractérise par une forte saisonnalité.
La création d’une spécialité « vol libre » du BPJEPS permettra aux professionnels concernés de profiter des possibilités offertes par les nouvelles certifications en développant des compétences, par capitalisation, pour accroître leur employabilité, en particulier dans les périodes d’avant et d’après saison.

 

voile_com_1Le moniteur, le directeur de structure, le tuteur, l’entraîneur régional :
de niveau III, il contribue au développement de la pratique sportive, par le perfectionnement des pilotes encadrés. Le vol libre a besoin, à ce niveau, de compétences dans l’organisation des structures d’enseignement, en vue notamment des liaisons indispensables avec les institutions.
Sont particulièrement visés les capacités à adapter la structure à l’évolution du marché, à encadrer les publics particuliers (jeunes de moins de 14 ans, et public à mobilité réduite en particulier) et les pratiques différenciées, à organiser des stages à l’étranger.

Le DEJEPS peut intervenir dans une structure d’entraînement (entraîneur régional) ou au sein d’équipes de formation( suivi du stagiaire en formation pendant son cycle d’alternance en particulier).

 

 

immage3L'entraîneur national, le formateur de formateur , le directeur de projet :

de niveau II il répond quant à lui aux besoins liés à la performance sportive, à l’entraînement vers le haut niveau, la formation de cadres et la coordination d’équipes.

Le DESJEPS est concerné par l’expertise et le diagnostic, la veille sur l’évolution des pratiques, la prospective.

 

 

 

delta1

La possibilité de convergences avec d’autres milieux professionnels, voire d’autres fédérations, ou simplement d'autres pratiques du vol libre (kite surf, snow kite, speed riding) est également à prendre en compte lorsque les thèmes liés à la saisonnalité et à l’employabilité sont abordés.
Les titulaires de ces nouveaux diplômes BP, DE et DES, au-delà des unités capitalisables à faire valoir pour alléger le temps de formation dans d’autres certifications, auront une possibilité d’accès à des emplois dans la fonction publique via les concours.
On remarque qu’aux niveaux supérieurs, les certifications visent clairement l’amélioration de la compétence managériale, sans occulter les compétences techniques accrues.


 


ANNEXE 1 : Les métiers du vol libre

AIDE à la DEFINITION DES « METIERS » DU VOL LIBRE

Niveaux Autonomie Responsabilité Cible d'activités et publics
IV Conception et mise en œuvre d’une action pédagogique face à un groupe


Participation au fonctionnement de la structure

Pédagogique :
Conduite des situations


Sécuritaire :
Publics encadrés et tiers
Gestion logistique de son activité
Respect du cadre de pratique

Actions d’animation, d’initiation et de progression jusqu’à un niveau de brevet de pilote tel que défini par la Fédération française de vol libre
Accompagnement du public dans la découverte et le respect du cadre de pratique

Tous publics à partir de 14 ans
(sauf public à mobilité réduite)

Tous publics pour le biplace
(sauf personnes à mobilité réduite)

III Conception et mise en œuvre d’un projet
de perfectionnement sportif

Gestion de structure

Participation à des actions de formation de cadres
Conception et coordination de la mise en oeuvre du projet.

Coordination sécuritaire :
Publics encadrés et tiers,
Gestion logistique de la structure
Equipe d’encadrement
Actions de coordination d’équipe.
Actions d’enseignement, d’entraînement et de formation.
Fonction de tuteur.
Promotion d’un usage harmonieux de l’environnement et des espaces de pratiques, garant du respect du cadre de pratique.

Tous publics
Tous niveaux de progression
Toutes formes de pratique (pratiques différenciées)
Tous publics pour le biplace
II Direction d’un projet
de développement
du vol libre dans les champs de la performance sportive, de la formation de formateurs,
de la gestion de structure
Conception de la stratégie d’organisation

Gestion des ressources financières, humaines et logistiques de la structure ou du réseau

Conception et suivi du dispositif sécuritaire (personnes, procédures, matériels, évolution de l’activité)
Actions de management d’équipe et de réseau.
Actions d’entraînement et de formation

Veille sur l'évolution des pratiques
Expertise dans les diagnostics concernant l’utilisation des espaces de pratiques et l’évolution des règles du cadre de pratique.

Publics sportifs : cadres et compétiteurs


ANNEXE 2 : Définitions

Les pratiquants du vol libre sont appelés libéristes. Ils évoluent dans les zones régies principalement par la propriété des terrains utilisés, et la réglementation aérienne auxquelles ils doivent se soumettre. Ils pratiquent leurs disciplines tout au long de l’année, dans des milieux et avec des objectifs sportifs différents selon la saison. Ils sont tenus à la possession d’une assurance en responsabilité civile aérienne. Les brevets fédéraux ne sont pas obligatoires.

Les diverses formes de pratique sont présentées succinctement ci-dessous.

Pratique de loisir sur site et hors site
Vol sur sites homologués (600 en France) ou non , balistiques ou de durée. Atterrissage sur terrains dédiés. Pratique largement majoritaire.

Vol de distance
Vol au départ de sites homologués ou non. Atterrissages sur terrains dédiés, ou « en campagne », après déplacement en vol de quelques kms à plus de 100 kms. Format de compétition classique avec but à atteindre au plus vite après circuit imposé.

Soaring en bord de mer
Vol de durée (éventuellement distance) sur sites de type falaise, avec allers retours à proximité de terrains permettant la « repose » au décollage.

Vol montagne ou vol "rando”
Vol de dénivelé important au départ de sommets, après accès généralement à pied ou à ski.

Voltige
Ou acrobatie : figures réalisées en vol, seul ou à deux en "synchro", basées sur des rotations autour des trois axes, et descente à fort taux de chute. Format de compétition relativement récent, pratiqué généralement au dessus de l'eau.

Vol à ski
Descente en vol le long de piste enneigée, avec multiples contacts avec la neige, demandant une grande précision de pilotage.

Speed riding
Dernier né des formes de pratique en parapente. Vol et ski sous voile à des vitesses importantes, sur sites ou zones conventionnés, (hors piste de domaines skiables en station de ski). Matériel spécifique (voiles de moins de 16 m²).

Mini-voile
Matériel de petite surface permettant de jouer dans le vent fort. Utilisé aussi l'été sur site ou hors site. Vitesse de l'aile très importante.

Vol Biplace
Vol à deux sous le même appareil. L'outil idéal de la découverte, utilisé aussi régulièrement dans l'enseignement comme moyen pédagogique.

Treuil
Moyen mécanique permettant l'envol sur terrain plat. Système "fixe" ou "dévidoir" selon l'espace disponible. Utilisé pour la mise en vol dans certaines compétitions en deltaplane. Le pilote s'élève de quelques centaines de mètres, puis "largue" la ligne pour se retrouver en vol "libre".





ANNEXE 3 : La formation

L’offre de formation actuelle est proposée par l'ENSA, établissement désigné par le ministère chargé des sports. Concernant les formations au BEES du 1er degré, l’ENSA passe des conventions avec les structures de formation traditionnellement impliquées . La coordination nationale sous l’impulsion de son inspecteur, défini les orientations techniques et pédagogiques de la formation, le calendrier, et s’assure du suivi des décisions actées annuellement en réunion.

  • l’ENSA : 35 rte du Bouchet - 74400 Chamonix
    contact :  Sylvain ORTHLIEB 04.50.55.31.17 - Joël YOUT 04.50.55.31.15 (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)
    coordonnateur pédagogique centre de formation de Grenoble : Patrick BELLE
    coordonnateur pédagogique centre de formation PACA : Philippe LEBRE

 

  • Inspecteur coordonnateur du vol libre : Mme Brigitte ASTIER-CHAMINADE (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)
  • le SAF 31 - centre de formation Midi-Pyrénées
    contact : Philippe RIVIERE 05.34.41.73.76 (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)
    coordonnateur pédagogique de la région Midi-Pyrénées : Laurent PRADERE

La Fédération française de vol libre propose également au niveau national, ou par l’intermédiaire de ses comités régionaux, des formations permettant d’accéder aux qualifications fédérales. Certaines de ces qualifications permettent aujourd’hui des allègements dans le cursus de formation du brevet d’état 1er degré (qualification biplace, monitorat fédéral).

Par ailleurs deux sessions préparatoires à l’examen du BEES du 2ème degré ont été conduites conjointement par l’ENSA et la FFVL.



ANNEXE 4 : Les effectifs diplômés

Effectifs sur les 9 dernières années des moniteurs formés :

Année BEES 1er degré
BPJEPS Vol libre
BEES 2ème degré
2002 66   -
2003 57   -
2004
50   18
2005
54   8
2006
72   4
2007 45    
2008 47    
2009 45    
2010 64    
2011
17 21  
2012
5 28  


Environ 1000 personnes titulaires du Brevet d’Etat 1erDegré vol libre sont déclarées en activité (assurés en RC enseignant ou biplace) au 30 juin 2007 (delta : 106; parapente : 864)
En raison de l’activité hautement saisonnière, il existe un «Turn Over » important des moniteurs en exercice.
On estime que 650 à 700 moniteurs brevetés d’Etat du premier degré sont réellement en exercice en 2007.

Toutes les personnes diplômées souhaitant exercer la profession de moniteur de vol libre, ont trouvé facilement un emploi au cours des saisons passées.

Une vingtaine de BE 2 « parapente » officient en tant que cadres techniques d’Etat ou fédéraux, entraîneurs ou formateurs, ou professeurs de sport. Ce diplôme n’est accessible que depuis l’année 2004. Le faible nombre de candidat s’explique principalement par l’écart très important des attendus de diplômes entre BE 1 et BE 2, renforcé par l’absence de réelle formation pour ce dernier, jusqu’en 2007.





ANNEXE 5 : Les structures d’enseignement et d’accueil

Les structures d’accueil et d’enseignement se divisent en deux grandes catégories :

  • des structures privées aux statuts juridiques divers (regroupement de travailleurs indépendants notamment), identifiées pour une large majorité en tant qu’organismes à but lucratif (OBL) affiliés à la Fédération française de vol libre (FFVL),
  • des structures associatives dépendant directement de Clubs de vol libre affiliés à la Fédération française de vol libre.

Quelques structures dépendent de l’UCPA.

Pour l’année 2007, on dénombre 160 structures d’enseignement du vol libre sur l’ensemble territoire (métropole, DOM), dont 130 Ecoles françaises de vol libre et 30 Clubs-écoles :

Structures
Associatives

Structures
Privées
UCPA
30 130 4


Il existe un label des Ecoles Françaises de Vol Libre (EFVL) et des Clubs école (CEVL), attribué chaque année par la fédération aux structures signataires d’une charte de qualité. 80% environ des structures professionnelles revendiquent ce label
Ces données confirment la vigueur du vol libre, son pluralisme, et la nécessité de certifications adaptées…