cnfr ENSA / CHINE (Sichuan et région autonome du Tibet)


bonhomme blanc falaise

La convention triennale signée à Lhassa en 2011 entre l'Ecole des guides et des secouristes de Lhassa et l'ENSA est arrivée à échéance en 2014.

Depuis la signature de cette convention entre les deux écoles, plusieurs échanges ont été réalisés en France et en Chine.

Le bilan des stages effectués en France ou en Chine, à l'ENSA, est positif dans le sens ou les stagiaires-guides et secouristes tibétains font preuve d'un grand intérêt pour les techniques enseignées et d'une bonne capacité d'acquisition. Leurs progrès sont rapides. Toutefois, l'éloignement de leur milieu professionnel très spécifique qui est la conduite de groupes en très haute altitude rend difficile une mise en application directe des contenus enseignés. Aussi, il serait opportun dans l'avenir de rapprocher les échanges et les enseignements de leur terrain de pratique et techniques actuelles en Himalaya.

Au mois de juin 2013, deux guides tibétains se sont présentés à Chamonix, à l'examen d'entrée à la formation de guides de haute montagne aux standards de l'UIAGM - Union Internationale des Associations de guides de Montagne. Compte tenu de la spécificité alpine de certaines épreuves, notamment en escalade technique, les deux candidats n'ont pas réussi la totalité de cet examen. Même si le travail de guide en Himalaya est assez différent de celui dans les Alpes, il semble néanmoins très intéressant pour l'alpinisme en Chine, en particulier dans la trégion autonome du Tibet, qe les premiers guides UIAGM chinois soient issus de l'Ecole de Lhassa.

Il faut cependant noter que depuis la convention de 2014, les actions prévues n'ont pu être menées à bien ; pas de visas pour les jeunes stagiaires tibétains, pas de signature de convention. Il convient donc de s'interroger sur l'oppportunité de poursuivre une telle action, car la venue des stagiaires tibétains n'est pas assurée.

8779345 skieur sur fond blanc Image 3D isol Banque dimages

Des relations s'établissent depuis la venue du minitre des sports chinois en juillet 2015 à l'ENSA. Leur souhait est que l'établissement forme des moniteurs de ski chinois, en lien avec l'université des sports de Pékin qui pourrait être notre partenaire. Ce pays est très intéressé par nos infrastructures étant en pleine préparation des jeux olympiques de 2022.