LES HARNAIS

Normes EN 12 277 et UIAA 105

Il n’y a pas de test dynamique pour les harnais d’alpinisme et d’escalade mais uniquement des tests de résistance statique. Cela paraît suffisant, car sauf cas de mauvaise utilisation, on ne connaît pas de cas de rupture de harnais lors de la chute d’un grimpeur.

Le harnais est placé sur un mannequin rigide, on peut ainsi espérer que le harnais travaille (et notamment les coutures)  dans des conditions proches de la réalité. La résistance demandée, en position droite est de 15 kN, soit 20 % de plus que l’effort maximal possible sur le harnais (12 kN, chute de facteur 2, voir norme « corde »). En position renversée (chute tête première) le harnais est testé à 10 kN. Cette valeur a été déterminée suite à de nombreux test de chute. En effet, cette position n’est pas une position stable mais un état intermédiaire lors de l’arrêt d’une chute tête première, car ensuite le chuteur se retourne dans la position debout, pieds en bas.

Suivant la conception du harnais, sa taille et son réglage sur le mannequin, la ceinture peut n’être que partiellement sollicitée lors de l’essai en position droite, aussi un test supplémentaire sur la ceinture seule est réalisé. La ceinture doit résister seule à 10 kN et les boucles éventuelles de réglage ne doivent pas glisser de plus de 20 mm.

Les harnais de petite taille (enfants), obligatoirement complets, sont testés à 10 kN  en position droite et 7 kN en position renversée.

En plus des exigences de la norme européenne l’UIAA demande que les coutures des parties porteuses contrastent non seulement en apparence par rapport aux sangles du harnais mais aussi en couleur.


ARTICLES et RECHERCHES :
Les harnais au banc d'essai : cuissard ou harnais complet ?